JA slide show
 

 

Le présent imite souvent le passé...

Le passé prépare l'avenir !

Le village de la Chapelle

 
L'histoire du village
qui vit naître la ville
de Saint-Jérôme.

La tribune de la petite histoire

Les articles parues
à l'été 2004 dans le
Journal le Nord
de Saint-Jérôme

Le Train du Nord

L'histoire du Train du Nord
Sa construction
Son retour à St-Jérôme
Imprimer Envoyer
Écrit par   
Mardi, 20 Septembre 2011

 

L'ancienne maison Charbonneau, qui abrite depuis l'organisme Tourisme Laurentides depuis les années 80, témoigne de l'ancien village de la Chapelle. Mais le développement commercial s'intensifie dans les environs.

La Société d’histoire de la Rivière-du-Nord souhaite depuis longtemps commémorer la fondation de Saint-Jérôme, sur son lieu d’origine, mais n’a pas réussi à mener ce projet à terme jusqu’à présent.

Dès le début des années 1980, ses efforts avaient permis la sauvegarde et la mise en valeur de la maison Charbonneau, éloquent témoin de l’ancien village de La Chapelle, qu’occupe depuis Tourisme Laurentides. 

Article édité dans l'Écho du Nord

La Société est par ailleurs intervenue en 2007 auprès de la Ville de Mirabel, qui s’apprêtait à changer le zonage du secteur pour permettre la construction de commerces.

Dans une résolution formelle, elle avait alors demandé une disposition reconnaissant le caractère historique des lots à l’entrée de la petite rue La Chapelle, «afin de permettre une intégration harmonieuse» des usages commerciaux avec les vieux bâtiments existants.

Un projet de parc

L’organisme proposait du même coup l’aménagement d’une halte routière avec un parc en bordure de la rivière, où des panneaux d’information rappelleraient l’histoire de cet emplacement patrimonial. «Nous n’avons jamais eu de nouvelle de Mirabel», admet la présidente de la Société, Suzanne Marcotte.

Dans le cadre du 175e anniversaire de Saint-Jérôme en 2009, la Société d’histoire avait en outre proposé cinq projets, dont celui de la mise en valeur du site en question. «C’est malheureusement le seul qui n’a pas été retenu », constate Suzanne Marcotte, évoquant des contraintes budgétaires.

Au-delà de la question du financement, le fait que l’emplacement sur trouve sur le territoire de Mirabel, et non à Saint-Jérôme, ne facilite évidemment pas les choses.

Interrogé à ce sujet, le maire de Mirabel a dit se rappeler des démarches menées par Gilles Bouvrette, mais admet que la Ville n’a rien prévu pour la mise en valeur de ce site.

Hubert Meilleur souligne que malgré le changement de zonage, Gilles Bouvrette détient un droit acquis sur sa propriété patrimoniale et y demeure toujours. «Mais est-ce que les générations futures seront intéressées à conserver les lieux?», se demande le maire.

Discussions en vue?

Son homologue de Saint-Jérôme avoue lui aussi que sa Ville n’a aucun projet visant cet emplacement, d’autant plus que celui-ci ne se trouve pas sur son territoire. «Je vais en discuter avec M. Meilleur», a néanmoins indiqué Marc Gascon.

À défaut de sauvegarder les vestiges de la première chapelle, peut-être pourrait-on envisager l’installation d’une plaque commémorative sur le terrain de la maison Charbonneau.

D’autant plus qu’en vertu de l’entente initiale entre Tourisme Laurentides et le gouvernement fédéral, qui en était propriétaire à la suite de l’expropriation de Mirabel, ce bâtiment patrimonial est là pour rester. «On est ouvert à ça», affirme la directrice de l’organisme touristique, Diane Leblond.

 

Laurentides

  

Oka

 

Hautes Laurentides

  

 SOPABIC

Rivière du Nord

Milles-Iles

St-Eustache

 

Pays d'en Haut