Dossier Rolland: Sainte-Adèle réagit

Envoyer Imprimer

Du projet davenir au casse-tte actuel

M. Claude Descteaux, maire de Sainte-Adle, a tenu expliquer aux citoyens la position dans laquelle la Ville se trouve dans le projet du Parc daffaires La Rolland (CPAR) Je comprends linscurit que cette situation instaure.

Ladministration et le conseil municipal actuels ont hrit lendossement de ce projet de plusieurs millions de dollars, dette qui saccumule et qui paralyse notre budget. Il est lgitime que les citoyens sinterrogent et je souhaite leur donner lheure juste explique le maire.

Situation complexe
La situation est complexe. Bien que la Ville ait cautionn le prt 100 %, la gestion et lensemble des dcisions dordre administratif ou juridique relvent du conseil dadministration de la CPAR et non du conseil de ville.  Le maire demeure confiant que le conseil dadministration de la CPAR insufflera un dynamisme qui permettra damliorer la situation, de relever les dfis qui simposent et de sortir la ville de gouffre financier.

Claude Descteaux, maire de Sainte-Adle,Richard Blouin, directeur gnral Ville de Ste-Adle, Pierre Durocher, Prsident de la Chambre de commerce de Ste-Adle

Dans le cas du conflit qui oppose la CPAR son locataire, M. Veilleux, nous souhaitons un rglement lamiable, la satisfaction des deux parties et au moindre cot possible. Je dois prciser que la ville nest pas partie prenante au dossier, ni notre greffier monsieur Michel Rousseau, ni aucun autre membre de ladministration de la Ville nont un droit de regard sur les dcisions de la Rolland.

La Valle du multimdia
Sur ce point, le maire tient remettre les faits dans leur contexte. En 1999, le groupe Cascades a cd la CPAR les btiments et les terrains de lancienne papetire Rolland afin de protger lhritage patrimonial du lieu et enrichir la rgion dun parc industriel. Ds le dbut du projet, les cots de rnovation ont largement dpass la subvention obtenue pour la revitalisation des lieux. En manque de ressources financires, la CPAR devait emprunter. La Ville de Sainte-Adle a accept de prendre un risque financier et de cautionner les emprunts de la Rolland. Port par lenthousiasme de lmergence de la nouvelle conomie et la multiplication de zones industrielles multimdia travers les rgions du Qubec, le dveloppement de la Valle du multimdia avait tout dun projet prometteur dont les citoyens de la rgion seraient fiers.

Du projet davenir au casse-tte actuel
Ctait un projet davenir, raffirme le maire, mais comme le dmontrent les conclusions du Rapport de diagnostic stratgique ralis par Stramar en 2008, command par le CLD des Pays-den-Haut, dans ltat actuel, le projet nest pas viable. Plutt que de contribuer lassiette fiscale des adlois, le Parc daffaires hypothque leur avenir et comme le souligne le rapport Stramar, des erreurs ont t commises. Selon le CLD, le dpart de certains locataires et la fin des crdits dimpt pour les Centres de la nouvelle conomie ont donn le coup de grce ce projet .

Des investissements repenser
Pour remettre flot le parc daffaires et mettre en uvre un plan de dveloppement stratgique viable, des investissements supplmentaires sont ncessaires : employ permanent, revitalisation des infrastructures, dveloppement et positionnement marketing, etc. Mais Sainte-Adle ne veut plus et ne peut plus investir davantage, soutient le maire Descteaux. Elle ne souhaite pas le faire, moins que la direction viable de ce projet vocation rgionale soit assure.

Recherche de solutions : vente ou partenariat
Pour assumer de faon responsable les priorits auxquelles elle fait face, la Ville doit faire des choix et trouver des solutions lucides et ralistes. Nous travaillons de concert avec nos dputs, Monsieur David Whissell, dput dArgenteuil et ministre du Travail et ministre responsable de la rgion des Laurentides, Monsieur Claude Cousineau, dput de Bertrand et porte-parole de lopposition officielle en matire daffaires municipales et nos partenaires rgionaux les CLD et MRC des Pays-den-Haut, poursuit le maire Descteaux. Mais la situation est prcaire. Pour leur part, les maires de la MRC ne souhaitent pas soutenir lembauche dun directeur gnral et le CLD ne versera pas le budget rcurrent de 25 000 $ allou au projet. Les responsables actuels de la CPAR continuent dtudier divers scnarios pour redonner une sant conomique ce projet.  Il sonde les ministres et autres organismes de dveloppement pour y trouver des appuis. Loption de vendre le complexe (en tout ou en partie) et les terrains des fins de dveloppement immobilier est lune dentre elles.   Tout cela doit se faire dans le respect des obligations contractuelles de la Rolland lendroit de ses locataires.

Lavenir protger
Devant le fardeau financier dont ont hrit les citoyens de Sainte-Adle, les reprsentants de la Ville explorent toutes les avenues proposes. Vendre le complexe a des consquences pour lunique parc daffaires de la rgion, et cela ne rgle quune partie (et non lensemble) de la dette des adlois. Sans compter que nous aimerions protger les quelques 400 emplois actuels, les entreprises, ainsi que lhritage patrimonial et industriel du territoire indique le maire.

Une situation dlicate pour la Ville qui espre direction, partenariat et dnouement rapide, tant pour les citoyens que pour les entreprises impliques