Le lundi 8 janvier

Envoyer Imprimer

 
 
Ce lundi 8 janvier  à
Pierre Boyer,
et Michel Paquette,
 
Un p'tit peu de mysoginie drôle et quelques définitions.  Excusez-là!

Ghislain Léonard du Groupe comptables LGNR a bien hâte que la Loi 64 ait force de Loi.  Des petites bibittes qui se promènent tous les jours et dont nous, le commun des mortels, ne sommes pas au courant.  Pourtant ça complique la vie de tous les CS, CGA et CMA qui veulent travailler ensemble. 
Dans les faits, m'explique M. Léonard, dès 1946 le Gouvernement Duplessis avait approuvé une loi qui uniformisait le travail des trois entités professionnelles touchant la comptabilité.  Deux ans plus tard, les intérêts particuliers se manifestant sous forme de lobby ramenaient l'exercice de la compatibilité à la case départ et on abrogeait la loi de 1946. 
Près de 60 ans que ça dure cette situation.  Fin décembre, le gouvernement Charest déposait le projet de Loi 64 reconnaissant les «APA» pour Auditeurs Publics Agréés et qui permettra aux trois groupes de professionnels d'?uvrer dans un même bureau. Actuellement, on peut cohabiter mais sous trois formes juridiques différentes et indépendantes légalement.  Le CA facture au CGA et le CGA facture au CMA qui lui doit facturer le CA pour profiter de ses compétences et de ses habiletés.
Or le Québec est la seule des 10 provinces canadiennes à ne pas être munie de cette homogénéité pour nos amis comptables professionnels de tout acabit. On s'attend à ce que la Loi 64 passe sans opposition au cours des prochaines semaines, dès la reprise des travaux de la chambre. D'autant plus que le gouvernement provincial a perdu une importante cause l'été dernier en ce domaine.  Ce qui aurait introduit le dépôt du projet de Loi 64.  M. Léonard a promis de nous tenir au courant. 

« J'aime penser que la lune est là
même si je ne la regarde pas ».
Albert Einstein  Physicien allemand né à Ulm le 14 mars 1879, décédé à Princeton USA, en 1955 
Il devient citoyen suisse en 1901. Peu après, il décroche un emploi au Bureau des Brevets à Berne, où il développe cette exceptionnelle faculté de saisir immédiatement la conséquence maîtresse de chaque nouvelle hypothèse. En 1905, alors qu'il occupe encore cet emploi, il publie le premier mémoire d'une longue série où il formule sa théorie de la relativité. Il révolutionne la pensée physique et éloigne, du même coup, la physique newtonienne.En plus de ses activités scientifiques, Einstein s'implique socialement dans plusieurs causes. Après la première guerre mondiale, l'Allemagne hitlérienne cherche des boucs émissaires et les trouve surtout chez les Juifs. Einstein s'allie à la cause des Juifs, en partie pour établir une université israélite à Jérusalem, et parce qu'il est lui-même juif. Toute sa vie, il est demeuré un pacifiste et il regretta amèrement que ses équations aient permis la création d'armes nucléaires.
14 points pour la paix !
        Devançant la fin du premier conflit mondial, le président américain, Terence Woodrow Wilson, propose le 8 janvier 1918, rien de moins que 14 points devant permettre d'instaurer une paix mondiale. Sont prévus l'autodétermination des peuples, la liberté du commerce, le désarmement ainsi que des modalités de concertation entre Etats permettant d'éviter les guerres.
Pour réaliser ce vaste projet, il est essentiel de se doter d'un organisme international, d'une instance supérieure aux Etats : la SDN (Société des nations).
 
Une pape très populaire
      Lotario di Seni est élu pape sous le nom d'Innocent III le 8 janvier 1198. Ancien étudiant de l'université de Paris, le jeune pape, âgé seulement de 37 ans, est un théologien réputé. Cardinal-diacre, il n'a jamais reçu le sacerdoce et n'est pas prêtre. Se voulant actif et efficace, il se présente comme un propagandiste acharné de la ?République chrétienne et universelle?. Sous son règne, l'Eglise est à la fois triomphante puisqu'il parvient à soumettre les souverains, autoritaire puisqu'elle ordonne des excommunions et aussi de grande influence dans le soutien au roi de France, Philippe II, dans sa lutte contre l'empereur allemand, Othon IV de Brunswick.