Mot de passe oublié ?
Intranet

La15Nord.com

Jeudi
12 déc.
Un enfant... Une place Imprimer Envoyer
Politique
Mercredi, 08 Avril 2009

Développement de places en services de garde éducatifs

Un site internet pour que le gouvernement libéral s’active dans les Laurentides

La chef de l’opposition officielle et députée de Charlevoix, Pauline Marois, invite les parents du Québec, en attente d’une place en services de garde éducatifs pour leur enfant, à faire part de leur témoignage et à signer une pétition par le biais du site Internet : www.unenfantuneplace.org. « Le Québec vit actuellement un minibaby-boom. C’est une excellente nouvelle pour le Québec. Nous en sommes fiers. Nous avons pris les bonnes décisions en créant le réseau des services de garde et en adoptant la Loi sur l’assurance parentale créant le Régime d’assurance parentale, deux initiatives d’un gouvernement du Parti Québécois. Or, actuellement, le gouvernement libéral abandonne des milliers de familles laissées à elles-mêmes en refusant de créer le nombre de places suffisant. Nous les invitons à nous faire part de leur témoignage. Peut-être cela sera-t-il un incitatif pour que le gouvernement libéral s’active », a déclaré Pauline Marois.

« On constate qu’il y a aujourd’hui plus de naissances, alors qu’avec le gouvernement libéral, plus les Québécois ont d’enfants, moins on ouvre de places. C’est un incroyable non-sens », se sont désolés les membres du caucus des députés du Parti Québécois des Laurentides.

Pour sa part, le député de Gouin et porte parole en matière de famille, Nicolas Girard, reproche au gouvernement libéral de faire davantage dans la publicité que dans l’action. « Dans le dernier budget, le gouvernement Charest a préféré publier un beau fascicule plutôt que d’annoncer l’échéance qu’il entend respecter pour créer les 15 000 places promises en campagne électorale. C’est inquiétant car jusqu’à présent, il n’a pas une très bonne moyenne au bâton », a indiqué le député.

Il faut savoir qu’investir dans le développement de places en services de garde éducatifs, c’est investir dans le capital humain. « Récemment, le rapport de Jacques Ménard sur le décrochage scolaire disait que le réseau était "un atout important pour le Québec en matière de persévérance scolaire" et que le Québec tirera des "bénéfices importants de son investissement dans le réseau des services de garde" », ont-ils tenu à souligner.

« Nous invitons tous les parents du Québec à prendre deux minutes pour nous faire part de leur exaspération à chercher désespérément une place en services de garde pour leur enfant. Nous nous ferons les porte-voix auprès du gouvernement libéral de Jean Charest pour qu’il se réveille et développe enfin le nombre de places suffisant, d’autant que tous souhaitent que le minibaby-boom se poursuive », a conclu Pauline Marois.


 

 

En spectacle

Please select a category for JA Newsflash!