Le mardi 3 avril

Envoyer Imprimer
Combien vaut la Maison des Jésuites?
    Ils sont encore une quarantaine de disciples d'Ignace de Loyola à demeurer en permanence dans ce superbe édifice du boulevard des Hauteurs.  La moitié de ceux-là sont à mobilité réduite, principalement à cause de leur grand âge. La Maison des Jésuites, érigée à la fin des années '50 a d'abord servi à la puissante communauté de Centre de formation. On dit souvent que les Jésuites ont deux, voire trois cours classiques. Depuis deux décennies, les rangs se sont clairsemés et beaucoup de salles, et même deux des cinq étages sont loués à des organismes pour des cours, des assemblées, des séminaires, des retraites fermées.  Ce qui permet de «faire vivre la bâtisse».
    Inutile de préciser que l'immeuble et aussi son très vaste terrain font les fantasmes de plusieurs holdings immobiliers et hôteliers.  Les Jésuites, quant à eux, seraient bien prêt à vendre pour s'installer à Montréal où les services médicaux entre autres seraient plus faciles à obtenir.  Sauf qu'une source très près de la gestion confirme que le maximum qu'on prévoit obtenir dans le contexte actuel serait de 3 à 4 Millions$.  Pour une valeur réelle qui se chiffrerait facilement entre 20 à 25 M$.  La raison :  c'est que tout le territoire est encore «zoné agricole ».
Que voilà un dossier dangereux pour les valeurs politiques.  Ce ne serait pas la première fois que des requins seraient fortement tentés par une plus-value reliée à des opérations de dézonage.  Inutile de préciser que toute opération du genre sera éventuellement scrutée de près.  Entre temps, nos bons Jésuites accueillent les gens avec le sourire et beaucoup de foi et d'espérance.
Les jeunes pour les jeunes par les jeunes de 15 à 35 ans
Au service de la jeunesse pour l'avenir de la région, le Forum jeunesse des Laurentides est un organisme, composé de jeunes engagés dans des actions communes afin d'assurer que les jeunes de la région bénéficient des meilleures conditions pour exercer pleinement leur citoyenneté.  Le Forum est soutenu financièrement par le gouvernement du Québec, dans le cadre de la Stratégie d'action jeunesse 2006-2009. On est actuellement en plein recrutement.
                                        Voir texte à ce sujet (clic)
 
Ce mardi 3 avril
à Anik Charbonneau (et les études?) Lise Sabetta, Gilles Martin (1950),
les 30 ans de mariage de Lyne et Roger Bédard de la CSST. Cette année la bouteille de vin !
 
Images de ce mardi ... Nous l'adoption ça fait longtemps qu'on connaît ça...
on parle d'un vrai Don de Vie, sur
une grande échelle.  Bellement !
 
 le mardi 29 août 1995
                            Plus que l'excellence, c'est ELITE
La dernière récolte d'honneurs des marchés Elite de Saint-Jérôme et Saint-Antoine ne laisse pas grand place à la tiédeur. Depuis des années, nos marchés Métro nous ont habitués à la qualité. Louise Marquis et Nelson Thibault sont en train de donner une autre dimension à la qualité: celle de l'excellence.
Les meilleurs au Québec
Le seul problèmes des sympathiques épiciers c'est qu'il n'y a qu'un seul premier prix pour tout le Québec. Et que eux, ils ont deux magasins.  Que faire sinon prendre les deux premières places?  C'est ce qui vient de se produire.  Le Métro Elite de la rue Mgr Dubois remporte le ?Magasin d'Or? grande surface pour toute la province et le Métro Elite Saint-Antoine prend la médaille d'argent.  Par contre, le magasin de Saint-Antoine géré par Christian Desjardins remporte le Rayon d'Or (épicerie) et le Couperet d'Or (viandes) en plus d'une troisième position pour la Moisson d'Or (la Miche). Le magasin du gérant Pierre Lauzon assisté de  Estelle Filion remporte une troisième place provinciale pour la Rosée (fruits) et la deuxième position pour les viandes (Couperet).
 
« Un maître n'est pas celui qui sans cesse enseigne,
mais celui qui soudain apprend ».  
Joao Guimaraes Rosa, diplomate et écrivain brésilien, né à Minas Gerais en 1908 et décédé à Rio de Janeiro en 1967.
Il est d'abord médecin volontaire pendant les guerres civiles qui sévissent au Brésil dans les années 1930 avant de voyager pendant près de vingt ans en tant qu'ambassadeur du A son retour à Rio de Janeiro en 1953, il se lance dans l'écriture. Il commence par pubBrésil en Allemagne, en France et en Colombie.  Il publie des recueils de nouvelles ('Sagrana', 'Corpo de Baile'). Ses histoires sont pour la plupart des contes poétiques et métaphysiques qui prennent pour décor son sertao natal, ses personnages, son folklore. En 1956, il écrit son unique roman, 'Diadorim'.
Jeux de guerre... gare aux jeux
Une ordonnance, datée du 3 avril 1369, est promulguée par Charles V, roi de France, interdisant sous peine de 40 sols d'amende, tous jeux qui n'exercent point au maniement des armes. C'est le début de la pratique des jeux d'arc et d'arbalète. Le royaume, alors en pleine guerre de Cent Ans, connaît ses premiers concours de tirs sur cible. Le tir à l'arc, technique militaire à l'origine, se marginalisera par la suite pour ne devenir qu'un simple loisir à partir du XVIe siècle. Conséquence imprévue de l'ordonnance de Charles V...
 
Horde d'or
La mort de Tamerlan, le 3 avril 1405,  entraîne la disparition de la Horde d'or. A sa tête, il a constitué en quatre ans sans doute le plus vaste empire de l'histoire, allant des frontières de la Chine à la riche Bagdad. Sa mort provoque la dislocation d'un ensemble qu'il n'avait pas eu le temps, ni peut-être l'envie, d'administrer. Derrière sa grande muraille, la Chine peut souffler, elle échappe à l'invasion programmée.
 
Misérables
Depuis son exil à Guernesey, Victor Hugo débute en 1862, la publication d'un roman fleuve, véritable épopée populaire qui immortalisera les personnages de Valjean, bagnard en rupture de ban, Cosette l'orpheline ou Gavroche, le gamin de Paris. La toile de fond est fournie par de l'histoire récente, depuis la bataille de Waterloo jusqu'à l'émeute de 1832. Ses Misérables sont resplendissants.
 
James au frigo
Pour 10.000 dollars, le 3 avril 1882, Bob Ford tue d'une balle dans le dos son cousin Jesse James. La carrière de l'un des plus grands bandits de l'Ouest américain s'achève par une trahison. Six mois plus tard, son frère Franck se rend au gouverneur Crittenden. En lui tendant son arme devenue célèbre, un revolver Remington 44, il lui dit : "A part moi, vous êtes le premier homme encore vivant à porter la main dessus depuis 1861." Sa reddition marque la fin du gang James.