Étude de mise en valeur des produits des Laurentides

Envoyer Imprimer
La Table de concertation agroalimentaire des Laurentides
 dévoile les 3 épiciers qui ont le mieux performé
 
? Encore une fois la Table de concertation agroalimentaire des Laurentides (TCAL) innove en réalisant une étude de mise en valeur des produits de la région en épicerie et en décernant un prix aux épiciers ayant le mieux performé. En effet, grâce à la participation financière de la direction régionale du ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec, Développement économique Canada et de la Conférence régionale des Élus des Laurentides ainsi que la collaboration de l'Association des détaillants en alimentation ? Chapitre Laurentides et Aliments du Québec, la Chaire Bombardier de l'Université de Sherbrooke a été mandatée pour réaliser l'INDICE CIBLE ? Chaire Bombardier.
 
    L?INDICE CIBLE ? Chaire Bombardier analyse cinq catégories, soit l?étendue de l?offre des produits des Laurentides, la qualité de l?aménagement, la publicité sur le lieu de vente, la publicité de masse et les politiques du supermarché. Les résultats font suite à la collecte de données qui s?est déroulée en juin 2007 par la méthode d?observation en magasin suivie d?une entrevue avec le propriétaire ou le gérant. Au total, 57 magasins d?alimentation des Laurentides ont participé. Il y a eu aucun refus, ce qui témoigne de l?intérêt pour le sujet. L?étude s?est intéressée spécifiquement aux épiceries associées à Sobey?s, Métro et Provigo-Loblaws-Maxi.
 
    Cette étude d?envergure permet aujourd?hui à la TCAL de décerner l?Épicier d?OR aux supermarchés IGA Extra Daigle (un texte paraîtra le 8 septembre) pour leurs 2 magasins de Ste-Thérèse ainsi que celui de Boisbriand, l?Épicier d?ARGENT au supermarché IGA Extra Girard de Bois‑des‑Filions et enfin l?Épicier de BRONZE au Métro Chevrefils de Mont-Tremblant. (un autre texte suivra le 9 septembre prochain)
Lucie Caron, MAPAQ Laurentides, Julie Girard et Jean-François Rioux, propriétaire IGA Extra Girard de Bois‑des‑Filions, Jean-Paul Cardinal, Maire de Ste-Adèle et membre de la CRÉ des Laurentides , Patrice Paquette, VP de la Table de concertation agroalimentaire des Laurentides. (Photo Sébastien Rivest)
 
    Pour les trois épiciers s?étant démarqués, s?approvisionner localement fait parti de la philosophie du propriétaire et d?une volonté d?offrir aux clients des produits frais et de qualité. Cette façon de faire s?avère même être rentable.
 
    « [?] Je dirais qu?en pleine saison, il se vend deux fois plus de fraises à partir d?un kiosque tenu par un producteur local que si elles sont fournies par la maison mère », constate M. Luc Daigle d?IGA extra Daigle de Ste-Thérèse et de Boisbriand, gagnant de l?Épicier d?OR.  
M. Daigle, coproprié-taire des quatre supermarchés Daigle depuis 1994, dont trois sont situés dans les Basses-Laurentides, estime de son devoir d?encourager les producteurs locaux, puisque cette collaboration est profitable à toute l?économie régionale.  (Photo  Michel Chartrand)
 
    « On a misé sur tous les producteurs des alentours qui peuvent nous fournir des produits frais et donc de qualité supérieure à ce qui a dû voyager pendant 1000 Km [?] Privilégier les produits locaux demande plus de travail et d?implication que de simplement ouvrir le bottin d?achat de la société mère [?] Mais c?est une mentalité d?achat des produits d?ici. C?est important pour l?économie du Québec !», mentionne M. Serge Girard d?IGA Extra GIRARD de Bois-des-Filions et récipiendaire de l?Épicier d?ARGENT. 
 
    «Nous avons établi une relation avec nos producteurs. Ça fait des années que nous les connaissons. Nous aimons leur fournir une place de qualité», explique Mme Lise Monette, gérante du Métro Chevrefils Mont-Tremblant qui s?est vu décerner l?Épicier de BRONZE. (photo: Michel Chartrand)
 
En conclusion :
    « On constate aujourd?hui, grâce à la réalisation de l?étude, que biens des efforts sont faits par les épiciers pour s?approvisionner dans les Laurentides. Nous devons donc les reconnaître et les féliciter. Quand nous entendons un épicier d?expérience comme M. Daigle dire «[?] si nous avions un blason des Laurentides, c?est certain qu?on le mettrait bien en vue!» et madame Monette qui croit qu?il «faudrait gérer les problèmes d?approvisionnement» si les magasins étaient dotés de présentoirs spécifiques ou de cartons d?identification des produits des Laurentides cela nous parle et nous indique que nous allons dans le bon sens. Nous avons certainement encore du travail à faire et je vous confirme aujourd?hui que la TCAL sera présente pour initier et soutenir des projets avec les épiciers et les entreprises des Laurentides afin que nos produits soient encore plus disponibles » souligne Nathalie Paquin, coordonnatrice de la TCAL. 
 
         Rappelons que la Table de concertation agroalimentaire des Laurentides est un organisme à but non lucratif composé de 13 membres provenant de tous les secteurs de l?agroalimentaire des Laurentides. Elle a pour mission de soutenir le développement et la promotion du secteur agroalimentaire des Laurentides par la concertation et la coordination des efforts du milieu. Les activités sont planifiées en fonction de 5 axes de développement :
  •  1) la promotion, la mise en marché et les appellations réservées,
  •  2) l?accès à l?innovation
  •  3) l?agrotourisme
  •  4) la valorisation des métiers et de la formation
  •  5) et la concertation du secteur.
 
D?ailleurs, la réalisation de l?INDICE CIBLE ? Chaire Bombardier s?inscrit dans le premier axe en faisant pont entre les producteurs et transformateurs et les détaillants qui désirent mettre les Laurentides de l?avant afin qu?ultimement nos produits soient disponibles et qu?ils se retrouvent dans l?assiette des consommateurs.
 
NDLR: Autres textes sur les Épiceries Daigle et Chevrefils les 8 et 9 septembre