Gilles Robert: Des solutions pour le système de santé

Envoyer Imprimer

Projet de loi 127 : Yves Bolduc choisit la mauvaise cible, le Parti Qubcois propose de vraies solutions pour rgler les problmes en sant

En dcembre dernier, le ministre de la Sant et des Services sociaux a dpos le projet de loi 127, Loi visant amliorer la gestion du rseau de la sant et des services sociaux. Aprs en avoir pris connaissance le dput de Prvost, M. Gilles Robert considre que le gouvernement libral trompe la population en laissant entendre que le systme de sant sera grandement amlior par ce projet de loi.

Le projet de loi 127 prvoit une rduction du nombre de citoyens lus et dusagers sur le conseil dadministration des centres de sant et de services sociaux (CSSS) et labolition du Forum de la population qui existe dans les agences rgionales. De plus, ce projet de loi prvoit pratiquement un veto du ministre sur la nomination et le renouvellement du directeur gnral des tablissements, une prsentation de tous les documents importants de ltablissement lagence rgionale avant de les prsenter aux administrateurs bnvoles sigeant sur les conseils dadministration dtablissements et plusieurs autres mesures centralisatrices qui namlioreront en rien laccs aux soins de sant pour la population.  Selon Gilles Robert, le ministre de la Sant aurait d sattaquer la bureaucratie en clarifiant les rles respectifs des tablissements de sant, de lagence rgionale et du ministre de la Sant.

Le ministre rate la cible. Il manque une belle occasion de dgraisser les structures. En fait, le ministre Bolduc fait exactement le contraire. Il ajoute de la bureaucratie, ddouble les contrles et la paperasse. Il ny a rien sur la rvision des mandats des diffrents paliers de dcision. Bref, les grands perdants sont les citoyens. Rien dans ce projet de loi ne permet de dire quil y aura une amlioration de laccs aux soins , a dclar M. Robert.

Le dput de Prvost ajoute quil y a un rel problme de bureaucratie dans le rseau de la sant. Les tablissements de sant passent un temps fou remplir des formulaires exigs par le ministre et par les agences. Ce quil faut, cest un vrai dbat sur le rle de chacun des paliers de gouvernance dans le but de raliser des conomies qui pourraient tre rinvesties dans les soins aux patients , a affirm le dput Robert.

Des propositions pour amliorer le systme public de sant
Alors que lurgence dans le rseau public de sant est damliorer laccs aux soins pour la population, le ministre Bolduc refuse de sattaquer de front aux enjeux des ddoublements et laisse croire que son projet de loi rglera les problmes dembonpoint du rseau de la sant. Il a rat la cible.

Laccs aux soins de sant pour la population de Prvost et des Laurentides est une priorit pour le Parti Qubcois. En juin dernier, le Parti Qubcois a rendu publique sa proposition principale qui sera dbattue lors du congrs national qui aura lieu les 15, 16 et 17 avril 2011 au Palais des congrs de Montral.

Un plus grand rle pour les pharmaciens
Parmi les propositions faites par le Parti Qubcois pour amliorer les soins de sant, notons celle qui vise largir le rle des pharmaciens. En effet, le Parti Qubcois est davis qu linstar de lAlberta, de la Colombie-Britannique, du Nouveau-Brunswick et de lOntario, nous devrions permettre aux pharmaciens, lintrieur dun cadre bien balis, de prescrire, de prolonger et de renouveler les prescriptions de mdicaments pour certaines infections bnignes et pour certaines maladies chroniques.

Trop souvent des personnes nont dautre choix que de se rendre lurgence de lhpital le plus proche pour un renouvellement de prescription et doivent attendre des heures pour lobtenir. Il faut donc offrir une alternative cette attente draisonnable. Les pharmacies sont partout sur le territoire et ont des heures douverture plus larges que la majorit des cliniques mdicales. Pourquoi se priver de cette expertise dautant plus que les pharmaciens sont prts jouer ce rle ? , a soulign M. Robert.

Moins de bureaucratie dans le rseau de la sant
Le Parti Qubcois propose de procder une rorganisation majeure de ltat visant le dbureaucratiser et le rorienter vers les services aux citoyens. De plus, nous proposons de responsabiliser davantage les tablissements en leur donnant une plus grande autonomie et en plaant les professionnels de la sant au centre des dcisions des rseaux locaux.

Dautres propositions en matire de sant
Notons quen plus de la proposition concernant llargissement du rle des pharmaciens et la rduction de la bureaucratie dans le systme de sant, on retrouve galement dans la Proposition principale du Parti Qubcois lide de faciliter lintgration dautres professionnels de la sant dans les groupes de mdecine familiale, tels que des psychologues, nutritionnistes, inhalothrapeutes et infirmires, et de former davantage de superinfirmires en soins de premire ligne, en priorisant leur pratique dans les rgions du Qubec qui vivent une pnurie de mdecins de famille.

Plutt que de sactiver ajouter de la bureaucratie et de centraliser encore davantage le systme de sant, le ministre de la Sant aurait d sattaquer au principal problme vcu par la population : laccs des soins de proximit , a conclu le dput Gilles Robert.