La maturité musicale

Envoyer Imprimer

Si 2010 a t lanne du bicentenaire de la naissance de Frdric Chopin, 2011 est celle du bicentenaire de celle de Franz Liszt. Donc, ce sont deux trs grands compositeurs qui ont marqu le dix-neuvime sicle par leur talent de compositeur et dinterprte pour traverser les frontires et le temps et se rendre jusqu nous pour notre plus grand plaisir. Dans cette peinture de Josef Danhauser, nous voyons Liszt jouant pour Beethoven, entour dAlexandre Dumas, pre, de Victor Hugo, de Paganini, de Rossini, de George Sand et de Marie dAgoult (assise de dos sur le plancher). Cela vous donne une ide de lunivers dans lequel Franz Liszt baignait.

Cest donc avec ce compositeur hongrois dexception que nous avions rendez-vous dans la salle des Diffusions AmalGamme, Prvost, en ce premier magnifique samedi davril. Pour interprter et nous donner un bref aperu de luvre de Liszt, notre diffuseur laurentien avait fait appel un pianiste, Michel Kozlovsky, qui est prsentement professeur au Conservatoire de musique de Trois-Rivires. Sans vouloir le vieillir outre mesure, monsieur Kozlovsky nest pas un artiste de la relve ou en pleine ascension dans sa carrire. Il a dj une trs longue feuille de route.

Avant tout pdagogue, puisquil a enseign non seulement un peu partout au Qubec, mais aussi aux tats-Unis, il a russi donner de nombreux concerts solo, avec orchestre ou comme chambriste, tant au Canada que chez nos voisins du Sud. Son rpertoire est trs vaste, allant de Scarlatti Schoenberg, en passant, entre autres, par Beethoven, Chopin, Ravel, Rachmaninoff, Bartok et, videmment Franz Liszt. Comme vous voyez, cest un artiste avec une trs grande connaissance et une trs grande maturit musicales que nous avions affaire.

Ce ct pdagogue est ressorti quelques reprises lors de cette soire. Accompagn de ses notes, pour ne pas dire nimporte quoi comme laurait fait un de ses grands professeurs, lors de sa formation, il sest appliqu, au grand plaisir du public, plutt nombreux, nous aider mieux cerner le personnage Liszt et les uvres au programme. Cest ainsi quil nous expliqua que, pour cadrer dans le Carme actuel (Eh, oui! Laviez-vous oubli, vous, pauvres pcheurs?), il amorait cette rencontre par lAir du Stabat Mater de Rossini, le Cujus animam. Vous allez me dire : Est-ce un rcital Rossini ou Liszt? Je sais que cela peut tre mlangeant. Cest quen fait Franz Liszt a non seulement compos de trs nombreuses uvres trs personnelles et a fortement influenc lvolution de la musique de son temps, mais il sest aussi souvent inspir des uvres dautres compositeurs de son poque comme Rossini ou comme Paganini, qui taient au programme pour ce spectacle Extravaganza.

La maturit et la matrise de Michel Kozlovsky ont transpir tout au long de ce rcital. Alors que la premire partie mettait en lumire tout le dynamisme qui caractrise la plupart des uvres de Lizst, dont la Rhapsodie espagnole, monsieur Kozlovsky sest attaqu une uvre trs exigeante, dune dure de prs de trente minutes, la Sonate en si mineur. Le public a t ravi et la fait savoir notre artiste invit. Seule note qui ma quelque peu tonn, cest une uvre dun autre compositeur quil nous a offert en rappel sans vritable prsentation, comme si linterprte tait quelque peu fatigu. Pourtant, il y a des uvres trs connues de Franz Liszt dans lesquelles Michel Kozlovsky aurait pu piger pour venir mettre la cerise quil fallait sur le sundae Liszt.

Pour le prochain rendez-vous, le samedi, 16 avril, cest la formation Kleztory qui sera Prvost. De la musique enlevante et pleine dmotions qui perptue les traditions juives et tziganes de lEurope de lEst avec un accordoniste, un contrebassiste, un guitariste, un clarinettiste et une violoniste, a promet! (coutez pour un avant-got)

Pierre Lauzon       
Les ditions Pommamour