JA slide show
 

 

Le présent imite souvent le passé...

Le passé prépare l'avenir !

Le village de la Chapelle

 
L'histoire du village
qui vit naître la ville
de Saint-Jérôme.

La tribune de la petite histoire

Les articles parues
à l'été 2004 dans le
Journal le Nord
de Saint-Jérôme

Le Train du Nord

L'histoire du Train du Nord
Sa construction
Son retour à St-Jérôme
Imprimer Envoyer
Train du Nord
Lundi, 08 Janvier 2007
Beaucoup moins de raisons de prendre sa voiture pour aller travailler à Montréal, maintenant que le train de banlieue efface une absence de 25 ans à Saint-Jérôme. 
Comme pour se donner raison, les responsables du train de banlieue St-Jérôme / Montréal, avaient commandé une belle petite bordée pour ce lundi 8 janvier
Cinq matins par semaine, entre 5 h 25 et 7 h 30, quatre convois quittent le terminus de la rue Latour pour revenir entre 15 h 30 et 18 h 45. Lundi matin, selon les dires de Jean-Pierre Labrie, porte-parole de la Ville de St-Jérôme,  150 travailleurs ont procédé à la véritable inauguration, célébrée officiellement en cadeau de Noël le 16 décembre.  Environ 250 autre passagers prenaient le train de 6 h 10 et dans les mêmes proportions pour les départs de 6 h 55 et 7 h 25.
 
À partir de Prévost
Même le maire de Prévost, M. Claude Charbonneau, est venu conduire son monde. Dans les faits, le programme taxi-bus que Prévost gère avec quatre autres municipalités, s'occupe maintenant d'un autobus jaune qui fera deux fois le trajets le matin (2e et 3e départs du train) et autant en fin d'après-midi. Il en coûte 3$ par passage mais absolument rien pour le stationnement incitatif prévu aux 3 arrêts de l'autobus jaune : la Gare de Prévost, le Marché aux Puces et le Domaine Laurentien (Canadiana)
 
Quelques comparaisons
Si la nouvelle incitation au transport collectif peut sembler dispendieuse, il s'agit de place l'aller-simple de 9 $ en perspective.  En perspective avec le transport automobile, avec le carnet de billets à 36.50$ pour 6 billets ou avec la carte mensuelle à 182 $ pour TRAM 7 ou 155 $ pour le train seulement.  On aura compris que la carte TRAM signifie Train, Autobus et Métro pour l'ensemble du Circuit numéro 7 (Saint-Jérôme-Montréal). Si on évalue à 20 jours le mois de travail, il n'en coûte plus qu'environ 9 $ par jour pour profiter de tous les services de transport en commun couverts par le TRAM.
 
...et avec la voiture
Quant à la perspective avec la voiture, il faut tenir compte du nombre de passagers.  C'est bien certain que s'il s'agit du co-voiturage de quatre personnes par exemple, on modifie la donne.  Retenons qu'une voiture parcourt environ 100 Km par jour (St-Jérôme-Montréal aller-retour) et coûte entre 8 $ et 11 $ d'essence. Quelques expériences ont établi que le temps de voyagement est presque similaires.  Lundi matin avec les quelques centimètres de neige mouillée, plusieurs usagers se sont dit fort heureux de ne pas avoir à prendre l'auto.  Une dame qui prenait jusqu'à maintenant le train à Blainville, avait le sourire fendu long comme ça de ne même pas avoir à parcourir ces 20 Km habituels vers le boul. des Seigneurs. Ajoutons les paramètres normaux des assurances, de l'usure du véhicule et surtout de la fatigue corporelle pour comprendre que le voyage en train est pas mal plus relaxant. Et même moins  dispendieux finalement.
 
Un cinquième train
Tout le transport en commun de la région a subi des modifications.  Les plus récentes publications du SURF de l'Agence métropolitaine de Transport pour les zones Centre et Nord portent la date du 8 janvier 2007.  Le transport local jérômien est aussi modifié en ce sens que les circuits partent une heure plut tôt le matin, soit à 6 heures au lieu de 7 heures, de façon à faire profiter les usagers des départs 3 et 4 vers Blainville et Montréal. De même le kiosque de service de la gare, rue Latour, est accessible maintenant dès 6 heures.  C'est là, qu'à Saint-Jérôme on peut acheter les livrets de billets ou les passes TRAM. 
À remarquer que la passe simple à 9 $ n'est disponible qu'au seul guichet automatique, sur le quai de la gare.
 
Somme toute, c'est l'achalandage local qui hâtera ou non la venue de ce 5e train le matin et le soir dont on parle déjà.  Quant aux trains de fin de semaine, pas plus qu'ailleurs sur le circuit Blainville, il n'en est question pour le moment.
Le journaliste Jean DeGarie se montre tout à fait renversé de l'ampleur des réseaux de transport impiqué dans les Basses Laurentides.  M. yves Gagnon, directeur général de la Ville de Saint-jérôme et madame Nicole Houle, directrice générale de la CIT des Basses-Laurentides (St-Jérôme /Rosemère et Deux-Montagnes /Terrrebonne) ont mis beaucoup d'heures pour harmoniser cette nouvelle voie de services.
 
08-01-2007
Circuit 195